Mar 23

Trail à Crozet

Auteur Catégorie Antarctique, TAAF

Au cours de notre premier passage sur l’île de la Possession (archipel de Crozet – TAAF) en février, le chef du district de Crozet (« Discro »), poste de cadre occupé pendant un an loin de tout, évoque un trail organisé sur l’île pour les 24 hivernants qu’il a la charge d’encadrer. L’idée de partager cette activité saine et dynamisante avec nous fait rapidement son chemin et le rendez-vous est donc pris pour le prochain mouillage devant Port Alfred.

Nous intégrons ainsi la préparation et l’organisation de cette course avant d’aligner ses nombreux volontaires sur les sentiers rocailleux de l’île. Luc me rejoint et nous prenons les choses en main. Le délai est assez court et pendant le petit mois qui sépare les deux visites, les échanges avec le district se multiplient. Il faut prévoir un ravitaillement supplémentaire, notamment en produits frais, de l’eau, des boissons, valider le parcours, les distances, les rotations, une organisation, désigner des responsables, etc. Au milieu de toute cette agitation cérébrale, une idée germe notamment : la réalisation d’un tee-shirt en souvenir de cette épreuve mythique. Le temps de contacter quelques fournisseurs en Afrique du Sud et ces fameuses pièces textiles sont livrées lors de notre escale à Cape Town.Image2

Le recensement à bord pour participer à cette course du bout du monde est de 50 volontaires sans compter les jalonneurs, soit plus de la moitié de l’équipage. Tout le monde est enthousiaste. Mais il faut conserver assez de marins à bord pour assurer la sécurité ainsi que la capacité d’appareiller en cas de dégradation rapide des conditions météo, phénomène fréquent dans cette zone. Aussi, afin de permettre à tous de concourir, la course est programmée sur deux journées. Les différentes distances proposées permettent à chacun de trouver son compte, surtout après de nombreuses semaines passées en mer difficilement compatibles avec l’entrainement.

Les différentes distances sont 5, 12.5 et 21 km. Elles suivent des boucles de 5 kilomètres entre le Branca, massif montagneux surplombant la base Alfred Faure et la Baie du Marin (« BDM »), connue pour sa manchotière comptant jusqu’à 20 000 palmipèdes. Il est donc assez simple de s’imaginer qu’il y aura 2.5km de montée et 2.5km de descente… Un ou plusieurs tours de base à l’arrivée selon la distance choisie agrémentent ces rotations.

Image1

Samedi 21 mars : premier jour
08h00 : Arrivée au mouillage devant Port Alfred – baie du marin – île de la Possession – Archipel de Crozet
08h30 : Début des rotations entre le bord et la plage où nous sommes accueillis par environ 17 000 manchots royaux et quelques hivernants.
09h00 : Le départ est donné par le Discro et le commandant pour les coureurs du 21km.
09h30 : départ du 12, alors que les coureurs du 21 finissent la première boucle.
10h05 : départ du 5.

Les organisateurs ont échelonné les départs pour que tout le monde ait fini à midi et puisse profiter ensemble du barbecue donné sous un grand soleil, face à l’île de l’Est pour une fois dégagée de l’épaisse couche de brume qui l’entoure habituellement. Le ravitaillement unique au niveau de la base est bien garni et les coureurs qui attendent le départ de leur course y sont rassemblés pour encourager les autres, notamment les « semi-marathoniens » partis les premiers.
Plein d’énergie à 10h10 tout le monde est simultanément sur la piste et profite d’un soleil magnifique. La montée interminable jusqu’au tracteur marquant le sommet de la boucle laisse des traces sur les visages mais la bonne humeur reste de mise. L’ambiance au ravitaillement et le fair play des coureurs lorsqu’ils se croisent et s’encouragent donne aux aventuriers du jour l’envie d’aller encore plus loin !
1035 : les premiers du 5 finissent sous les applaudissements des hivernants alors que ceux du 12 entament une dernière montée et ceux du  21 leur dernier tour. La dernière montée est éprouvante. Elle semble interminable pour certains !

1048 : arrivée en 1h48 du premier concurrent du 21, course reine de l’épreuve. Le chef de cuisine de l’île termine premier et les autres coureurs arrivent sous les applaudissements des premiers arrivés.
A l’arrivée, malgré la fatigue et les courbatures, tout le monde est heureux de se retrouver et d’échanger les impressions sur cette course unique.
Après un déjeuner sympathique, certains d’entre nous rentrent à bord prendre le quart alors que d’autres peuvent encore profiter de l’île pour quelques heures.

Dimanche 22 mars : deuxième jour

0800 : Après plusieurs rotations pour débarquer les trailers du jour, tout le monde est sur zone pour le premier départ du 21. Le mouillage est sûr, la météo un peu moins clémente que la veille.
0810 : Après le mot d’accueil désormais traditionnel du Discro, le départ est donné pour les coureurs du 21km. Comme la veille, les départs de course sont échelonnés. Malgré des conditions bien plus dégradées, la motivation et la bonne humeur sont toujours au rendez vous. Là encore les hivernants sont venus se mesurer à nous sur les trois parcours.
C’est sous une légère brise et un crachin breton que les coureurs enchainent les kilomètres, avec pour certains le plaisir de se dégourdir les jambes, pour d’autres la volonté de battre les records des premières courses.
0955 : arrivée du premier coureur du 21 ! Le record mondial des courses australes établi la veille a été battu de 3 minutes. Si seulement nous pensiosn qu’un record était à battre, le cuisinier qui a gagné l’édition de la veille et celui auquel nous n’avons pas participé aurait sans doute couru plus vite 😉

1400 : nous appareillons pour une nouvelle patrouille en direction de Kerguelen.

Au bilan, chacun a la satisfaction d’avoir vécu ensemble, en équipage, une expérience sportive et humaine hors du commun. Le défi a donc été relevé, en espérant désormais que le trail des 40èmes devienne un incontournable pour les bâtiments en patrouille dans la zone !

Lien de l’article du blog de Crozet

(Visited 52 times, 1 visits today)

Tags: , , ,

Ajouter un Commentaire