Juin 30

La Nouvelle Calédonie : 4 – Ile des Pins

Auteur Catégorie Nouvelle-Calédonie

En route pour l’aventure sur l’ile des Pins…

30 juin 2010 : Premiers pas sur l’ile des Pins (album photos)

Suite à la petite mésaventure de la veille, les sacs ne sont pas entièrement bouclés et c’est donc à 4H45 qu’on se réveille pour terminer la tache. Il faut être à 5h45 à la gare maritime pour échanger les billets de voyage… Le bateau Aramiti ne part pas et tous les passagers de cette compagnie partiront avec le Betico 2. L’enregistrement des billets, des sacs se fait relativement rapidement et on appareille à 6h45. On profite du beau lever de soleil sur Nouméa que l’on quitte sur notre gauche.

On arrive à 9h30 et le propriétaire du gite où l’on va camper nous attend sur le ponton. Tout le monde se connait sur cette ile et les poignées de main qu’il enchaine à travers les voyageurs et habitants ne cessent qu’une fois monté dans son pick-up.

La première halte est réservée à la location des vélos pour nos quelques jours de séjours. Il ne faut pas oublier un moyen de paiement pour la caution (carte bancaire ou beaucoup de liquide). Une fois les vélos chargés à l’arrière du véhicule au-dessus de nos sacs, on file à la baie Saint-Maurice qui en vaut le détour par sa palissade de totems et un monument de commémoration.

On subit le premier choc touristique lié au mouillage d’un gros bateau de croisière ! Les australiens dévalent de partout depuis la bais de Kuto ! Heureusement que le camping est stationné au fin fond du nord-est de l’ile !

Une fois garé au parking de l’hotel méridien, on laisse les vélos sur le pick-up pour amener nos sacs au camping de Kougny… Un peu comme un parcours du combattant avec environ 10 minutes de marche sur un sentier très escarpé ! On refait le trajet pour aller chercher les vélos. On doit les porter pour frachir certains passages.

A 11h, on est les seuls campeurs sur le terrain à 2 pas de la plage désertique ! On choisit un bon emplacement. Montage de la tente et installation sommaire avant de voir débouler une famille de 5 sudistes à l’accent si prononcé que les premiers mots en sont incompréhensibles !!

On voit le restaurant Kougny ne jamais désemplir ! Les voyageurs ou touristes ont du en lire des articles incroyables sur les guides car ils cherchent à tout prix à se rendre dans ce coin isolé de l’ile ! De notre côté, nous avions contacté ce camping sur les bonnes paroles de Jean-Luc qui le décrivait comme « roots avec son tuyau d’arrosage en guise de douche et terrain bien aménagé » !! Que nous faut-il de plus pour des vacances au calme ?

Au tournant de la plage désertique, on prend la direction de la piscine naturelle. Un véritable aquarium en eaux vives, à en croire les dires de tout le monde ! Mais en tout cas, il est pris d’assaut par les australiens qui se font entendre de loin et les italiens photographiés sous tous les angles !

On envisage alors de suivre un sentier qui joint la baie d’Oro (là où on est) à la baie d’Upi. C’est sans compter l’aide du GPS (prêté par Jean-Luc) qui ne recense pas le sentier qu’on veut suivre ! On suit un sentier qui nous mène… à faire demi-tour !! Bonne ballade au sein de la forêt primaire ! Très dense et silencieuse, c’est un vrai bonheur

L’heure tourne et à 17h30, début de coucher de soleil… 17h35, nuit noire ! Feu au barbecue pour éclairer le repas et nous réchauffer avant de se coucher. Les poules, ce soir, c’est nous !

Contacts de la journée :
Camping de Kougny (baie d’Oro) : tél : 46 10 65 (plutôt répertorié dans la restauration)


1er juillet 2010 : Vélo, baie d’Upi et PMT dans la baie d’Oro (album photos)

On se lève tôt (6h45) pour profiter de la journée et à 7h20, on prend la direction connue vers la piscine naturelle. Le bateau de croisière a décampé et laisse le lieu à nos seuls coups de palmes ! L’eau y est très froide et Laetitia ressort assez rapidement. J’insiste seul le temps de faire un tour complet : il y a énormément de poissons, un corail qui accueille une vingtaine de bénitiers de toutes les couleurs, c’est magnifique !

A 9h, on chevauche les vélos à la recherche d’une épicerie vers le nord de l’ile… en direction de l’aérodrôme… On reste bredouille quand le panneau « alimentation » pointe un terrain en friche. On se dirige donc vers la grotte d’Hortense. Le droit d’entrer y est de 200 francs par personne. Lorsque personne ne tient la caisse, une petite boite et un écriteau fait appel à l’honnêteté des visiteurs. On s’acquitte donc de notre droit… On réalise ensuite que pour visiter une grotte, il est préférable de se munir d’au moins une lumière chacun. Ustensile fournit lorsque la caisse est ouverte. On profite quand même d’une bonne partie du lieu, c’est très joli.
C’était une bonne mise en jambe sur les vélos ! On rentre pour profiter du déjeuner au restaurant du camping Kougny. On avait réservé la veille pour être sûr de notre coup après avoir constaté qu’il tournait à plein régime ! Le plat aux langoustes est le favori de chaque touriste venant en ce lieu. On en profite pour goûter le « poisson-requin ». Le repas complet vaut le détour et on sait que quelques langoustes sont encore dans le congélateur, à la Réunion, pour notre retour 😉

En début d’après-midi, pour digérer, on se lance à l’assaut de la randonnée vers la baie d’Upi. Ce coup-ci, on n’a pas peur de créer le sentier sur la carte du GPS ! En une heure et demi, on finit le trajet et la baie à marée basse est vraiment jolie ! C’est à ce point de la baie d’Upi que les pirogues accostent pour laisser aux touristes le plaisir de rejoindre le restaurant Kougny et ses langoustes.

Il fait encore beau et la marée basse incite à aller rejoindre la pointe de la baie d’Oro. Jean-Luc nous disait qu’il y avait des requins à vue de nez. Laetitia ne nage pas mais surveille du coin de l’œil. Sans déborder de la pointe et sans requin, je me laisse bercer par le courant entrant dans la baie. Les poissons et coraux, à moins de 3 mètres de fond, sont bien illuminés.

2 juillet 2010 : près de 6h de sport 🙂 (album photos)

Le réveil est à la même heure que la veille pour partir à 7h50 à vélo en direction de Vao (Sud de l’ile des Pins, par où on est arrivé). A 9h, on arrive à Vao, tranquillement, et on profite de l’épicerie « chez Mathieu » pour faire quelques courses.  On papote au Snack Kuho, à l’entrée du village et on reprend la route… assez peu de temps sur la selle et on s’arrête à l’église qui fait souvent figure de symbole dans les guides de voyage. Elle est belle, l’intérieur est travaillé avec un parquet de bois.

On reprend la direction de Kuto à 9h40. On dépasse la baie de Kanuméra le temps d’un pique-nique… ou plutôt un gouté ! On reprend des forces avant de se lancer sur le chemin qui mène au plus haut sommet de l’ile : le Pic Nga culmine à 262mètres ! ça ne rigole pas ! Evidemment, le guide indique une montée en un peu plus d’une heure… Et on a fait l’aller-retour avec pauses/poses photos en haut et sur le sentier et le tout en une heure et quart ! Il faut dire que la descente s’est faite en mode trail. Les vélos nous ont permis de « gagner » un peu de temps aussi car tout le sentier du début, en sous-bois était praticable en deux-roues. Sans antivol, on a du cacher nos véhicules et les marquer d’un repère sur le GPS. Le premier point était pour éviter qu’on se les pique, le deuxième, pour éviter qu’on les oublie !!!!! 😉

Sans encombre, on retrouve les vélos et on retourne à toute berzingue vers le Snack Kuho ! Le chef nous invite à nous asseoir par une poignée de main, et le plat, tellement bon et complet !! C’était un régale !! S’il doit bien y avoir une adresse à ne pas rater durant le séjour, c’est celle-ci ! (photo à l’appui de l’assiette copieuse !!)

On reprend donc nos vélos le ventre plein pour découvrir l’endroit d’où partent les pirogues qui arrivent baie d’Upi. C’est donc à la baie St-Joseph qu’on s’arrête. Il y a un peu de vent, on se s’attarde pas trop car ce lieu n’a rien d’extraordinaire en dehors des pirogues traditionnelles sur la plage.

A 15h15, on est de retour au camping pour aller cette fois-ci, tous les 2 à l’eau dans la baie d’Oro. On attend vraiment le dernier moment pour la douche froide après cette journée d’effort ! Et contrairement à nos attentes de « frigorification », elle nous revigore !! on est vraiment bien après ça !

Le temps du coucher de soleil, on se pose quelques instants et on va au Méridien pour le diner. On veut absolument goûter les Bougna dont tout le monde nous parle. Pour le plus typique, il s’agira de poisson ou langouste cuisiné à l’étouffée dans des feuilles de bananiers. Les patates douces et autres légumes cuisent également à l’intérieur. Ce fut un vrai régal ! La journée a décidément été complète du point de vue culinaire après autant de sport !


Contacts de la journée :
Snack Kuho : tél : 46 10 23


3 juillet 2010 : journée rapide, de l’attente et des rencontres (album photos

Alors qu’on se prépare tranquillement à aller à la piscine naturelle, un homme vient nous voir à 8h50. Il vient nous annoncer qu’à 9h30, la chauffeur qui nous a conduit le premier jour, à notre arrivée sur l’ile, sera là pour nous reconduire à l’embarcadère !
On peut dire que ce fut un branle-bas de combat car rien n’était près. On buvait le café au son des vagues !
Outre la tente à plier / ranger, il y a les sacs à amener sur le parking du Méridien et les vélos à porter !
On se dit que si les gens se proposent pour nous conduire, on ne va pas les faire attendre. On se presse, et on est pile poil dans les temps sur le parking avec tout notre barda !

Par une autre personne qui passe, on apprend que ce contre-temps est lié à un décès dans la tribu. Tout le monde se connait, tout le monde est proche… Et par tous les préparatifs, le chauffeur n’arrive qu’à 11h45 ! On commençait à s’impatienter… à chercher une solution de secours… on ne veut pas laisser toute nos affares sur un parking à la vue de tout le monde.

Alors que les taxis demandaient 2500 francs par personne juste un trajet sous prétexte de la présence de vélo, le monsieur ne demande que 800francs par personne aller-retour ! Alors qu’il a fait un détour le premier jour pour la baie St-Maurice, et qu’au retour, il en refait un pour nous laisser acheter du pain. Il y a en effet une autre épicerie, sur l’ile, au village d’Ouro.

Au moment de laisser le pourboire justifié selon nous, le chauffeur nous abandonne sur un « à bientot » ! Très chaleureux et sympathique !

On rend donc les vélos au loueur. On se pose sur une coin de pelouse pour un petit moment de gastronomie de campeur !!
Après avoir fait bouillir de l’eau, y ajouter des nouilles (ou nouilles chinoises). Dès qu’elles sont cuites, y ajouter de la soupe en sachet et laisser le temps de la cuisson, quelques minutes… Pendant ce temps-là, trouver ce qu’on a sous la main à rajouter dedans…
Tadame !! Des petits morceaux de pain et du fromage !! Hummmm, on mélange tout ça et avec une bonne tranche de rigolade (à consommer sans modération), on mange avec délectation notre mets !

On finit ces vacances à l’ile des Pins avec de très bons souvenirs ! C’est une ile très belle qui mérite le détour et le retour !

<< 3ème partie : Road-Trip dans le Sud de l’ile, PMT et randonnée >> 5ème partie : Aquarium et Ouen Toro
(Visited 149 times, 1 visits today)

Tags: , , , ,

Ajouter un Commentaire