Juin 13

La Nouvelle Calédonie : 2 – Road-Trip dans le Nord de la Grande Terre

Auteur Catégorie Nouvelle-Calédonie

Allé, c’est parti pour un tour, rejoignez nous dans la voiture que l’on a conduite aux travers des grands espaces pour lire des moments hauts en couleur !!

(les liens d’albums photos s’ouvriront dans un nouvel onglet pour permettre la lecture du récit associé en même temps – il vaut mieux attendre la fin du chargement de l’album pour voir défilé le diaporama)
21 juin 2010 : une semaine sur la Grande Terre, du Nord au Sud, de l’Ouest à l’Est !

On profite du beau temps pour se rendre sur l’ilot Canard. 2 minutes de marche depuis chez Jean Luc, et à peine trois minutes de taxi boat: nous voila sur d’un des ilots les plus proches de Nouméa. Sa « réserve naturelle »  permet aux nageurs d’observer poissons et coraux à deux coups de palmes de la plage. (Album photos de l’ilot)

Photo

kj : 0km / kt : 641 km

Le soir même, vers 17h, on se lance à la recherche d’un endroit ouvert pour faire du change d’euro à franc calédonien. Les banques commencent à fermer et les guichets automatiques qui permettent cette opérations sont lents et rarement approvisionnés. On trouve enfin notre bonheur et on quitte la capitale pour les grands espaces, les plaines et montagnes à perte de vue !

La ville de Nouméa fait un peu penser à un système féodal (moyen-ageux) où l’on doit s’acquitter d’un péage pour quitter la ville… A d’autres endroits dans le monde et dans le but de limiter l’affluence des moyens de locomotions dans une enceinte citadine, c’est le contraire !! Bref, on prend l’habitude de garder de la monnaie à porter de main (150 francs pour le péage vers le Nord et 100 francs pour le péage qui ouvre les routes du Sud).

kj : 50km / kt : 691km

Avant de passer près de l’aéroport de Tontouta, on s’arrête « chez Thom Thom » manger un plat « typique » : des pizzas 😉 !! Il y a certes des plats plus traditionnels à déguster sur l’ile mais on se les réservent pour le reste du périple ! Ce choix est aussi fait car on dort en camping sauvage ce soir et les endroits reculés ne recèlent pas forcément de lieux de restauration !

On profite aussi de la « terrasse du camion-pizza » pour lire la gazette locale.

kj : 182km / kt : 823km

Dans la direction de Bourail, une route bifurque sur la gauche pour suivre La Roche Percée. Les indications pour Poé arrivent et sur le parking du camping municipal de Poé, on trouve une place assez facilement où installer le bivouac.

Première mise en place et inauguration de la tente UltraLight Décathlon. Facile à monter, on remarque qu’elle offre un grand « sas » à l’entrée de la tente qui permettra durant les prochaines nuits d’y stocker les sacs.

Photo

22 juin 2010 : une belle tranversale, la Poule de Heinghene et une nuit en gite superbe ! (Album photos)

kj : 0km / kt : 823km

Le réveil à 7h45 au bruit des vagues nous invite à faire un tour sur cette plage idyllique ! On prend la route en pleine forme en direction de Koné et la transversale Koné-Tiwaka (la plus au Nord). Les routes y sont agréables et leur largeur surprend de prime abord. La vitesse sur ces voies est de 110km/h et il n’est pas rare de s’y faire dépasser par des mastodontes du bitume : les 4×4 surpuissants. Sur la transversale et après 180km de conduite, un point de vue nous est offert sur la rivière Tiwaka au niveau de Bopope. On s’arrête plusieurs fois pour prendre des photos de ces paysages magnifiques, collines, rivières, forêt…

kj : 193km / kt : 1016km

Quelques kilomètres après les derniers points de vue de la transversale, on arrive au village de Poindimié. Un Snack aux couleurs du Reggae attire notre attention et c’est au « Rasta » qu’on se restaure ! Ambiance plutôt familiale derrière les fourneaux et un bon rapport qualité/prix pour un déjeuner. Je ne sais pas si on s’arrêterait dans un tel endroit de nuit pour y diner 😉 Un peu roots et parking un peu boueux !

On nous a conseillé un gite dans ce village ! On s’y rend donc avec curiosité, c’est dans la tribu Niwé Jié. Après être sorti de la ville en direction du sud, il y a un virage vers la droite puis une bifurcation qu’il faut suivre vers la droite une nouvelle fois. On entame une piste vers la vallée d’Ina et le gite y est indiqué par des panneaux facilement repérables. L’accueil et le cadre en pleine nature confirme ce qu’on nous avait dit : calme et agréable, isolé et joli ! On dépose donc nos sacs et on se rend au club de plongée pour y réserver cette activité pour le lendemain.
Le métropolitain qui s’occupe du club Tieti Diving est très accueillant et sympathique ! Il nous explique le programme, comment se passent les sorties, prix et matériel requis (voire indispensable telle que la combinaison de 5mm !). En effet, à 20 mètres sous l’eau, la température est environ à 23°C et si on ne veut pas voir le séjour subaquatique gâché par un coup de froid, il vaut mieux être prévenant !

Dans la folie de la route et des grands espaces, on roule jusqu’à Heinghene pour observer avant le coucher de soleil la célèbre Poule de Heinghene au large.

Photo

Ce rocher ressemble assez facilement à l’animal qui porte le même nom alors que pour le sphinx, une grande part d’imagination doit intervenir dans l’observation !! On prolonge le périple jusqu’au centre ville, tout refait à neuf avec un office du tourisme sur pilotis qui trône parmi l’un des plus beaux bâtiments du village !!

kj : 296 km / kt : 1119 km

On nous avait parlé d’un autre club de plongée, sur la cote Est : le club de plongée de Babou. On le trouve un peu plus difficilement que celui en pleine village de Poindimié et le parking est couplé à un terrain de camping. Il n’est plus possible de faire de kayak à l’heure tardive à laquelle on arrive (c’est une des activités que l’on aimerait faire pendant ce séjour en Nouvelle-Calédonie). On repasse par l’intersection signalée avec un grand drapeau jaune, tout en hauteur, auprès duquel il faut tourner pour rejoindre le club de plongée. On rebrousse chemin. On en profite pour faire le premier plein de la voiture après environ 500km de périple. Le prix des carburants est fixe sur toute la Grande Terre et on en a eu pour 4000CFP.

Après 354km dans la journée, on rejoint finalement le gite. On y retrouve les sacs, on profite du calme du cadre « tout en bois » et les douches en extérieur dans un décor naturel ne laisse en rien entrer le froid, c’est d’une beauté incroyable !

Après un peu de repos, à la chambre, on ressort une dernière fois pour savourer un bon diner à l’hôtel/restaurant Tieti Tara. Pour environ 30 euros par personne, on s’offre un repas sobre mais complet. On reprend contact avec les proches grâce au point d’accès Wifi disponible à l’entrée de l’hotel.

Contacts de la journée :
Gite de Néwé Jié à Poindimié : tél : 42 70 74 / 6000CFP pour le bungalow pour 2 personnes (à confirmer pour le prix, je ne me souviens plus trop…)
Restaurant de l’hotel Tieti Tera : tél : 42 64 00


23 juin 2010 : plongées sur le récif corallien, une traversée en bac pour la voiture et quelques kms superflus avant le Relais de Poingame (album photo)


kj : 7 km / kt : 1198 km

Le rendez-vous est donné à 7h15 au club de plongée. Au programme, préparation des affaires, l’ambiance y est amicale et on est les 2 seules personnes à venir en cet hiver austral pour profiter des fonds marins.
Deux autres personnes nous rejoignent en dernière minute pour se faire déposer sur un ilot qui est sur notre « route » entre le club de plongée et l’un des nombreux spots au large au niveau du récif corallien : l’ilot Tibarama.

Adèle, l’assistante de Martin, nous conduit avec bonne humeur au premier endroit destiné à la plongée. Elle nous briefe avec professionnalisme avant de nous rejoindre à l’eau.
Une heure plus tard, on remonte pour le temps d’un casse-croute à 10h. Le temps de nous raconter la fabuleuse histoire d’une Kanak et d’un Ch’Ti, Adèle nous guide vers la 2ème plongée. Pendant notre 1ère plongée, Martin effectuait des travaux sous-marin d’entretien des « corps morts » (système de bouée pour arrimer les bateaux en mer). Il nous a laissé son binôme de travaux, Jeanne, qui a plongé avec nous lors de la 2ème immersion.
Encore plus de poissons et de coraux, ce fut vraiment superbe ! Adèle ne prenait guère plus d’une minute pour ajuster sa lumière portative et son objectif d’appareil photo ! Les résultats vus sur ordinateur dès le retour de la sortie étaient tout simplement époustouflants : belles lumières, de beaux contrastes, et les plus gros poissons qu’on avait pu observé sous l’eau y figuraient également en joyeux lurons : nous !! (album photos des plongées réalisé par Adèle de Tieti Diving 😉

Photo

Il est ensuite venu le temps de partir à la découverte d’autres activités ! On déjeune à la « Cafèt » de Poindimié où le repas est bon mais dont le prix est un peu supérieur aux autres snacks jusque là fréquentés… On bifurque ensuite vers le bureau de Poste pour acheter une carte téléphonique. Elément de voyage qui s’avère indispensable pour gagner un peu en autonomie au niveau des réservations à droite à gauche…
Puisque l’on se ressemble sur de nombreux points, avec Laetitia, on n’a jamais décidé de faire un concours du plus étourdi… Heureusement !! mais ça n’empèche qu’on a oublié les palmes, masques et top au club de plongée. On les a laissé à sécher le temps de manger et puisque c’était le chemin pour quitter la ville, on devait s’y arrêter ! Et bien queneni, un demi-tour de 30 kilomètres s’impose ! On redit « au revoir » aux membres du club qui reprenait le travail de l’après midi et on reprend la route qu’on avait suivi la veille jusqu’à Heinghene. On repasse une dernière fois devant l’église qui figure dans de nombreux guides. Entre l’édifice et la route, il y a un cimetière très fleuri et un terrain vague où se retrouvent les écoles pour leurs séances d’activités physiques et sportives ! On s’arrête ensuite au niveau de la caserne de pompiers de Touho. Un village qui compte 2200 habitants et qui doit avoir l’équipement en véhicules de secours d’une ville de province de métropole !

kj : 113 km / kt : 1324 km

On quitte Heinghene par sa côte Nord et on entame la corniche Calédonienne. Référencée comme un lieu à ne pas manquer lors d’une visite de l’ile, elle confirme cette idée par des paysages à couper le souffle une nouvelle fois ! 8 kilomètres plus loin, une frayeur nous atteint en plein cœur ! On se souvient de ce que nous avait dit Jean-Luc à propos d’un bac pour traverser, en voiture, une rivière au Nord de Heinghene… Nous y voila…

Photo

Il est 17h et on ne se souvient plus  si on peut la franchir à toute heure ! Si le demi-tour est imposé, on ne dormira pas au Relais de Poingame ce soir ! On se rapproche, on s’arrête sur le bac, et un employé nous demande d’avancer la voiture. Ouf, on est sauvé pour ce coup-ci ! Une poignée de secondes après, les aussières sont larguées et on traverse la rivière de Ouaïème. Il est donc opérant 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, c’est bon à savoir ! Une centaine de mètres plus loin, en remontant la cote, on a un nouveau point de vue sur quasiment toute la corniche, c’est magnifique ! Le récif s’ouvre devant nos yeux sous le coucher de soleil.

On continue la route, de nuit, vers le village de Ouégoa. C’est un peu frustrant de ne pas s’arrêter pour randonner au niveau des cascades de Tao et Colnett mais on ne peut pas tout faire… Il faut se garder des activités pour les prochains voyages 😉

9 kilomètres après avoir quitté Ouegoa, il y a une bifurcation où aucun panneau n’est mentionné. De nuit, on avait l’impression que sur notre droite partait une piste alors même qu’un 4×4 nous croisait sous un nuage de poussière. On prend donc à gauche… Mauvais choix !! On aligne les kilomètres avant de constater qu’on arrivait dans le village de Bondé… On cherche désespérément une cabine téléphonique pour prévenir de notre retard au Relais de Poingame… Sans succès de fonctionnement sur une ile domptée conjointement par l’isolement des villages entre eux et le boom des téléphones portables…

kj : 292 km / kt : 1503 km

On voit presque le bout du périple qui nous mène dans le « grand nord » calédonien quand on entame la piste conduisant au Boat Pass et Poingame… Plus qu’une vingtaine de kilomètres !

kj : 314 km / kt : 1525 km

Avec un peu plus d’une heure de retard (21h au lieu de 20h), le giteur est assez surpris d’entendre l’endroit où on s’est perdu… A aucun moment il n’est pourtant surpris que des gens se perdent, bien au contraire !! D’habitude, c’est dans les pistes qui mènent au Relais !
Le diner n’a rien de trop exceptionnel et la bouteille de vin présentée sur la table n’est pas entamée à cause notamment de la fatigue. On pense aussi que cela peut être un surplus de repas pour les touristes assoiffés ! Il n’en est pas ainsi, on lit dans la chambre que la bouteille est bien incluse dans le menu ! Zut, on a loupé le coche !

Contacts de la journée :
Club de plongée Tieti Diving à Poindimié : tél : 42 42 05 / www.tieti-diving.com / 13000CFP pour le matériel, le transport vers les spots de plongée et les 2 plongées à 2 endroits différents
Relais de Poingame : Tél : 47 92 12

24 juin 2010 : ballade autour du relais de Poingame, un marché sans caissier à Koumac et le refuge de Farino (album photos)

kj : 0 km / kt : 1525 km

Avant de reprendre la route brutalement et pour profiter du beau ciel bleu, on se pose sur la plage le temps du petit déjeuner ! Le réchaud reprend du service et c’est à 10h qu’on commence à suivre le sentier autour du relais. On s’est renseigné pour les activités extérieures à réaliser pendant un séjour dans le Nord de l’ile et il se trouve que la société qui détenait les Kayaks était la même que celle qui encadrait les randonnées « longue durée »… et que celle-ci ne donne plus de nouvelles… depuis 2 ou 3 ans !! et que la publicité des guides n’est toujours pas mise à jour ! On en raccourcira donc notre séjour ici et après la randonnée, on reprendra la route vers le centre de l’ile…

Nous voila donc parti pour une petite heure de marche (selon les guides, panneaux et autre !).
La mise en garde de la présence de souche au sol est un peu original !! Il suffit juste de demander à des amis proches s’ils se sont pris récemment un pied dans une souche, et au pire des cas, il nous informe d’une récente entorse à ce niveau-là !! On va regarder devant soi 😉

Photo
Dès que l’on prend un peu d’altitude (et le mot est faible, le dénivelé total doit frôlé les 100mètres positif !), on aperçoit rapidement les iles Belep, qui pointent le sommet géographique des iles calédoniennes.
Le lagon et ses nuances de bleus sont magnifiques ! Et il suffit de se retourner de 180° pour imaginer les grandes plaines où la vie sauvage prend tout son essor ! Tout au long du sentier, des panneaux présentent la faune et la flore alentours.

Photo

C’est intéressant et même si les sentiers ne sont que peu fréquentés, ils sont très bien entretenus !

kj : 29 km / kt : 1554 km

Après avoir quitté le relais de Poingame à 11h, on se permet un détour dans le village de Poum.

Photo

Beau village mais n’allez pas traverser l’ile pour ça tout de même !!
Le temps est un peu couvert donc on préfère quitter ce village et aller voir Koumac, et se rapprocher de la célèbre transversale Sarraméa-Canala !

Photo

kj : 84 km / kt : 1609 km

A l’entrée de Koumac, on retrouve une étale comme on en avait déjà vu à plusieurs reprises : pas de caissier mais juste une boite. Le prix est indiqué sur les fruits, légumes, pots de confitures ou autre ! On se sert et on dépose l’appoint avant de reprendre la route. Notre prochaine destination est la Marina de la ville pour le temps d’un pique nique en bord de plage !

kj : 116 km / kt : 1641 km

Sur la route qui conduit de Koumac à la commune de Voh, on « célèbre » notre 1000ème kilomètre du road trip dans le Nord de la Grande Terre !

kj : 165 km / kt : 1690 km

En arrivant dans la commune de Voh, il est très agréable de s’arrêter sur la plage de Gatope. C’est la plage sur laquelle on s’est amusé à écrire sur le sable des inscription souvenir de notre voyage !

Photo

kj : 364 km / kt : 1889 km

On traverse relativement rapidement le village de Poya (avec son église bien éclairée !) pour ensuite arriver à Farino. On a donc un peu « triché » car on voulait se réserver la transversale qui mène à Canala pour le lendemain. En même temps, rien n’est trop écrit à l’avance et cela nous permettra de profiter de la fraicheur de la route pour ce trajet. Il y a également une petite ballade autour du gite qui fait l’objet d’une « fiche randonnée » à l’office du tourisme de Nouméa… Donc avec tout ça, le choix est plutôt judicieux 🙂

Contacts de la journée :
Refuge de Farino : Tél : 78 39 95 (attention, certains guides ont un numéro de téléphone erroné !! / www.refugedefarino.com


25 juin 2010 : Ballade du Refuge de Farino, Transversale vers Canala, Route à Horaires, retour par Boulouparis (album photos)

kj : 0 km / kt : 1889 km

Après une bonne nuit de sommeil à 3 mètres d’une rivière, on se réveille à 6h pour un départ de la randonnée/ballade à 7h. Cette randonnée prend la dénomination de FOA2 auprès de l’office du tourisme.
On avait récupéré les quelques informations de début de sentier auprès de la giteuse, très sympa, la veille au soir. Donnée pour 1h30 de marche avec 3,6km aller/retour, On remarque que le sentier est propre, une nouvelle fois. On franchit une barrière avec une mise en garde de la veille pour la possible rencontre avec des vaches !

Photo

Il n’en a pas été ainsi durant notre heure de marche. La récompense de milieu de ballade (30 minutes) est de grimper quelques rocher à côté d’une cascade !

Photo

kj : 5 km / kt : 1894 km

Le premier trajet de la journée nous conduit au Parc des Fougères. En effet, les 2 autres campeurs qui partageaient le coin n’étaient pas véhiculés. Ces Normands très sympatiques désiraient monter à pied les 5 kilomètres pour ensuite faire le grand tour dans le Parc ! Ils nous ont, sur le trajet, conseillé de venir suivre leurs pas mais nos projets sont tout autre durant cette dernière journée de road-trip 😉

kj : 27 km / kt : 1916 km

Quelques kilomètres après la sortie de Sarraméa, un point de vue est possible sur toute la vallée traversée par la route qui conduit à Canala ! Il fait beau et le site est agréable, on s’arrête à plusieurs reprises pour des photos, des pauses… Il faut gérer notre temps de route pour ne pas rater l’heure de passage de la route à Horaires ! On peut emprunter la route dans le sens de la descente (Canala-Thio) pendant les heures paires et dans l’autre sens pendant les heures impaires. Les créneaux sont indiqués de 5h à 18h, les nuits étant de la responsabilité des usagers.

kj : 76 km / kt : 1965 km

Il est 11h45 quand on arrive en dessous du panneau… On papote, on sort de la voiture pour voir l’état de la route, les premiers points de vue sur ce qui figure une nouvelle fois comme les « indispensables » de la Nouvelle Calédonie. Quelques mètres plus tard, la largeur de la piste s’agrandit, on avance un peu… Et 5 minutes avant l’heure, on se fait dépasser par un 4×4 !! Ahlala, quelle surprise, les gens font les fous !! 😉
On se remet au volant du bolide. On croise même d’autres voitures (dont une Twingo !!) sur le piste parfois très escarpée. Des sentiers ou routes étroites, à la Réunion, ne sont pas plus larges, sans pour autant imposer la circulation alternée 😉

C’est après 6 kilomètres qu’on aperçoit les plus beaux points de vue : d’un côté, succession de collines, et de l’autre, une rivière en contrebas.
On ne s’éternise pas sur la piste. Le guide dans nos mains annonce une trentaine de minutes pour couvrir la distance mais c’est après 45 minutes qu’on voit le panneau identique pour le franchissement de la piste en sens inverse !!

kj : 110 km / kt : 1999 km

Après les 14 kilomètres de  la route à horaires, on s’est trouvé un coin ombragé vers Thio pour pique-niquer. A 14h, on a repris le chemin du retour avec le passage par la troisième transversale de notre périple : Thio-Boulouparis.
Sur cette ile toute en longueur, les arrêts-photos sur cette nouvelle route offrent de nouveaux horizons à perte de vue !

kj : 245 km / kt : 2134 km

Après une journée chargée de beaux paysages, on rejoint notre hôte, Etienne (un autre !). C’est un ami de Laetitia et l’occasion de se retrouver après s’être connu en métropole est un bon moment !
Colocation agréable à vivre à Dumbéa, la soirée a été très sympa pour conclure cette semaine de périple 🙂

 

<< 1ère partie : premiers jours du voyage  >> 3ème partie : Road-Trip dans le Sud de l’ile, PMT et randonnée
(Visited 161 times, 1 visits today)

Tags: , , ,

Ajouter un Commentaire